Le grand voyage inaugural de L'Hermione aux USA !

Une traversée de l’Atlantique pour l’Histoire !

Une aventure exceptionnelle en Amérique sur les traces de la Fayette

  • Un voyage sur les traces de La Fayette : des étapes américaines choisies pour leur importance historique dans la Révolution américaine et le soutien de la France à la jeune nation américaine.

Le voyage de L’Hermione en Amérique, sur les traces de La Fayette a été un rendez-vous symbolique extrêmement fort pour faire connaître, auprès des Américains d’aujourd’hui, l’attachement historique de la France et des États-Unis. C’est un périple de plus de 7500 milles marins (13000 kilomètres) à travers l’Atlantique et tout au long de la côte est des États-Unis et du Canada que L’Hermione a effectuée du mois d’avril au mois d’août 2015.

Pour, les milliers d’adhérents, les millions de visiteurs du chantier de L’Hermione à Rochefort et l’ensemble des parties prenantes de l’Association Hermione – La Fayette, la réalisation de ce voyage transatlantique représente la part du rêve et l’aboutissement d’un pari fou et de longues années d’engagement.

“Le choix des escales américaines a été déterminé par un comité d’experts pour leur importance historique dans la Révolution américaine et le soutien de la France à la jeune nation américaine.”

LES ESCALES AMERICAINES

Mars 2015

Escale à La Rochelle

Avant son grand départ vers les Amériques, L’Hermione termine son armement dans le bassin des chalutiers à La Rochelle.
18 - 19 avril 2015

LE GRAND DÉPART !

Samedi 18 avril : le jour le plus long

Nous savions que ce départ serait une journée pleine d’émotions contradictoires, d’excitation et d’appréhension. Avions-nous seulement compris ce qu’il en serait réellement ?

L'HERMIONE ET LE LATOUCHE-TRÉVILLE

Dimanche 19 avril

La journée a débuté sur une jolie surprise, puisque la frégate Latouche-Tréville, baptisée en hommage au commandant historique de L’Hermione, nous accompagnait au lever du soleil.

20 avril

PREMIER GRAIN EN VUE ?

Les températures ont grimpé d’un petit cran, le soleil brille, la mer est belle. La journée a commencé en beauté avec la présence à nos côtés, lors du lever de soleil, d’un des navires les plus modernes au monde.

La frégate Provence, tout juste sortie de son chantier, avait en effet décidé de se détourner quelques minutes de sa route pour une séance photo hautement symbolique à nos côtés.

21 avril

DU VENT PUIS LE CALME

Nous nous attendions à un grain, mais nous n’avons finalement fait que frôler la dépression.

La nuit a été lente pour tout le monde, avec des quarts occupés par un cours de pêche au thon pour les bâbordais, dispensé par le chef de tiers et ancien pêcheur, Dominic, ou encore un peu de suédois chez les milieu.

28 avril

PREMIER MOUILLAGE

Les côtes sont proches mais nous sommes toujours en mer. Les lumières qui viennent de la terre ne semblent que renforcer la bulle dans laquelle nous nous trouvons.

Une longue journée avec plus de manœuvres que les trois dernières réunies, puis une baignade, un repas pris au soleil couchant sur le pont, tous ensemble.

29 avril

UNE JOURNÉE DE VOILE

Le réveil n’a pas été simple pour tout le monde ce matin. La combinaison d’une veillée plutôt tardive et d’un sommeil de meilleur qualité grâce aux mouvements moindres du bateau au mouillage, a été difficile à encaisser pour certains.

Un premier repos réel après 10 jours de mer, physiquement éprouvants, est souvent l’occasion de réaliser à quel point la navigation nous oblige à nous dépasser, surtout à bord de L’Hermione.

1er mai

Escale à Las Palmas de Gran Canaria

Première escale officielle et internationale pour L’Hermione. Première étape du voyage pour l’équipage.
Du 6 mai au 4 juin, transatlantique aller
6 mai

DÉPART DES CANARIES

Et voilà, les voiles sont établies et les côtes canariennes deviennent progressivement des formes dans la brume derrière nous. Après une dernière visite du maire de Las Palmas qui nous a remis une lettre à confier au maire de Baltimore et, un dernier au revoir aux quelques gabiers ayant débarqué, encore présents sur le quai, nous avons levé la coupée et rentré les aussières, direction l’Amérique.
9 mai

RENCONTRE AVEC LE KVIII

Depuis notre départ de France, nous sommes suivis par un voilier très spécial, pour deux raisons bien distinctes. Il s’agit en effet de K VIII, qui nous accompagnera durant tout notre tour de l’Atlantique.

Il s’agit donc d’un voilier de course prestigieuxvainqueur de la Route du Rhum en 1982 et ayant encore terminé 4ème de sa catégorie lors de l’édition 2014. Mais surtout, il est entre les mains d’un équipage du Lycée maritime de la Rochelle. L’équipage de L’Hermione compte plusieurs volontaires venant du lycée, et l’un d’entre eux est d’ailleurs chef de quart à bord de K VIII pour cette transatlantique. Le voyage s’effectue sous la surveillance de deux skippers professeurs du lycée, que nous aurons l’occasion de rencontrer afin de visiter le bateau lors d’une future escale américaine.

12 mai

BON VENT & GÎTE

Hier, le vent a fraîchi durant toute la journée pour finir par réellement forcir en fin d’après-midi. Alors que les rafales dépassaient les 20 nœuds, nous avons donc cargué le petit et le grand perroquets afin de préserver le haut de la mâture.

Petit à petit, la mer s’est également formée et nous naviguons dans une houle de 2 à 3 mètres depuis 24h désormais.

14 mai

TRANSATLANTIQUE : 2ÈME SEMAINE !

Et voilà, nous entamons la deuxième semaine de notre transatlantique. Nous portons presque toute la voilure, à l’exception de l’artimon (utilisé principalement pour équilibrer l’arrière du navire dans les manoeuvres) : petit et grand perroquets, perruche, petit et grand huniers, perroquet de fougue, misaine, grand voile, grand foc, petit foc, civadière, voile d’étai de grand hunier, grand voile d’étai, foc d’artimon !

Pas moins de 14 voiles qui nous permettent de maximiser au possible l’alizé afin de prendre de l’avance sur un cycle de dépression qui nous barre la route. Résultat, dans les dernières 24h nous avons tenu une moyenne plus que raisonnable de 7,5 nœuds.

19 mai

FRONT FROID

Hier nous avons laissé un petit grain derrière nous sans qu’il ne donne beaucoup de vent ni de pluie. Nous l’avons retrouvé aujourd’hui, mais cette fois il était en pleine forme.

Alimenté par la température élevée de la mer, le front froid d’hier nous a rattrapé aujourd’hui et nous a ravivé de bons souvenirs des essais de l’automne 2014.

28 mai

24H AU PARADIS

Il y avait des bruits de coursives, bien sûr. Nous savions que notre route nous faisait frôler les Bermudes. Mais nous espérions apercevoir l’archipel, au mieux nous y arrêter pour un mouillage. Et finalement la bonne nouvelle est tombée : nous allions y faire un arrêt rapide, à quai.

Après trois semaines de mer, nous avons donc posé le pied à terre vers 10h du matin mardi pour une escale express dans un petit coin de paradis perdu au milieu de l’Atlantique.

4 juin

DÉPART DE NORFOLK

L’Hermione a quitté le port de Norfolk, fermé au public, où elle se trouvait pour effectuer les démarches administratives liées à son entrée dans le territoire américain. Cap sur Yorktown !
5 juin

Escale à Yorktown

Pour sa première escale américaine, L’Hermione a choisi Yorktown, dans la baie de la Chesapeake. Un lieu hautement symbolique, la bataille qui s’y déroule en 1781 marque un tournant dans la guerre d’indépendance américaine.
9 juin

L’Hermione salue Mount Vernon

Mount Vernon est le domaine de George Washington, l’une des demeures les plus emblématiques du XVIIIe siècle. Le 9 juin, L’Hermione était au mouillage pendant plusieurs heures devant cette propriété.
10 juin

Escale à Alexandria

La Fayette a eu plusieurs fois l’occasion de se rendre à Alexandria pendant la guerre d’indépendance, Washington DC n’existant pas encore. Il aurait fréquenté lors de son retour aux USA en 1824, la salle de bal de la Gadsby’s Tavern, un établissement encore ouvert au public aujourd’hui.
15 juin

Escale à Annapolis

Pendant l’escale d’Annapolis, un hommage a été rendu aux soldats français morts pour l’indépendance américaine. Lors la cérémonie officielle d’accueil, la parade a traversé la ville pour se rendre au monument de St John’s College.
19 juin

Escale à Baltimore

L’Hermione y rencontre le Pride of Baltimore II et la corvette USS Constellation.

Changement d’ambiance, cette fois l’Hermione accoste au cœur d’une grande ville devant les gratte-ciels.

23 juin

Grain sur la Delaware River

Après le départ de Baltimore, L’Hermione a été prise dans un gros orage. Au programme des rafales à 55 noeuds et un mur de pluie.
25 juin

Escale à Philadelphie

L’Hermione rejoint la “TallShip America 2015”.
Cette escale fait écho au 4 mai 1780, date à laquelle L’Hermione était au mouillage devant Philadelphie et accueillait le Congrès américain à son bord .
1er juillet

Arrivée de L’Hermione à New-York City

C’est une escale attendue depuis plus de 20 ans par tous les acteurs et soutiens de l’association Hermione-La Fayette !
4 juillet

Grande parade nautique pour la fête de l’indépendance des Etats-Unis !

Point d’orgue de l’escale de New-York : la fête nationale américaine !
6 juillet

Escale à Greenport

L’Hermione est à Greenport, les 6 et 7 juillet, avec six Tall Ships.
A quai, près du trois-mâts barque portugais Sagres, la frégate accueille un public toujours aussi nombreux à son bord.
8 juillet

Escale à Newport

Rencontre de L’Hermione avec la statue de Rochambeau.
11 juillet

L’Hermione arrive à Boston

Le 28 avril 1780, après une transatlantique de 38 jours, L’Hermione arrivait à Boston avec à son bord le marquis de La Fayette. Ce 11 juillet 2015, 235 ans plus tard, la réplique de la frégate fait à nouveau son entrée dans ce grand port du Massachusetts !
14 juillet

Fête nationale française à Castine !

Le 14 juillet à l’occasion de la venue de la frégate, c’est dans une ambiance chaleureuse aux couleurs de l’Hermione, que la communauté de Castine, portée par le dynamique comité local de soutien au voyage de la frégate, a célébré le « Bastille Day ».
20 juillet

Petit passage par le Canada et la ville de Lunenburg

Très courte, cette escale en Nouvelle-Ecosse a pourtant été l’une des plus dense de ce voyage. En à peine plus de 24h, nous avons en effet accueilli plusieurs évènements privés, effectué la dernière relève avant la transatlantique avec le débarquement de 28 gabiers et l’arrivée de 30 nouveaux volontaires.

23 juillet

Retour en France...Outre-mer

L’Hermione fait escale à Saint-Pierre-et-Miquelon, au large de Terre-neuve.
Du 24 juillet au 10 août - Transatlantique retour
31 juillet

Record de vitesse établi à 13,3 noeuds

Si nous continuons pour l’instant d’avancer dans la mauvaise direction, nous le faisons avec panache ! Nous avons en effet battu le record de distance en 24h, entre midi hier et aujourd’hui, avec 215 milles nautiques parcourus, soit une vitesse moyenne d’environ 9 nœuds.

3 août

Mise à l’eau d’une deuxième bouée météo

L’Hermione participe également à un programme européen relayé par Météo France. Il s’agit d’un réseau assez dense de bouées baptisées « drifters ». Contrairement aux Argo, celles-ci ne plongent pas sous la surface de l’eau. Elles flottent à la surface et dérivent, lestées par une ancre flottante immergée pour sa part à 15 mètres de profondeur. Elles relèvent ensuite la température et la pression atmosphérique et envoient ces informations ainsi que leur position GPS à un système qui centralise et analyse l’ensemble de ces données.
10 août

Escale à Brest, retour en France métropolitaine.

« Ça ressemble à la Bretagne ! Ça sent le pays ! » Voilà ce déclarait samedi le Commandant de L’Hermione Yann Cariou, en observant le ciel bleu et une mer plus clémente, à 48 heures de l’arrivée de la frégate à Brest, plus de quatre mois après son départ le 18 avril dernier de l’ile d’Aix.
20 août

Escale de L’Hermione à Bordeaux

Après un passage remarqué près des plages de Royan en fin d’après-midi mercredi, L’Hermione est arrivée à Bordeaux pour une nouvelle escale.
29 août

Grand retour à Rochefort

On est rentrés à la maison !

On est tristes et heureux à la fois. Mille émotions, confuses, désordonnées, qui viennent nous lécher l’esprit puis repartent. De littérales vagues d’émotions au milieu de la foule lors de cette parade surréaliste.